A propos

Passionnée par les mots, le cinéma, et la mise en mots du cinéma, je suis rédactrice-critique pour Le Blog du Cinéma depuis 2015 (actu, critique, analyse, dossier et couverture évènementielle) et j’officie régulièrement sur CinéMaRadio avec ma chronique Love Etc. Je me suis essayée aussi, un peu, en amateur, à la réalisation, mais ce que j’aime plus que tout, c’est faire parler les œuvres des autres….L’idée de créer La voix du désir m’est alors venue. Un blog personnel pour y rassembler mon travail, l’élargir librement et vous proposer de découvrir mon univers.

Chroniques & analyses cinématographiques radio ou écrites, billets d’humeur et mots en tout genre….

Commençons par le commencement. A l’origine , il y a un titre….Le désir? Mais pourquoi lui? Et bien parce que c’est là l’objet de mon obsession… Le désir, sa mécanique, tant dans son assertion philosophique que sa représentation artistique me fascine et constitue le centre de mon questionnement. De son caractère évanescent à la liberté dont il est infiniment épris, le désir incarne ce qui nous lie, nous pousse vers l’autre et l’ailleurs, perpétuel et infini mouvement de l’être; mais il est aussi ce qui nous sépare de l’objet cristallisé lorsqu’on le possède enfin ….Ô Désir, éternel insatisfait, affamé de promesses mais repu dés lors qu’à la fin de ta quête intense et passionnante ces dernières sont tenues…

Le désir c’est en premier lieu l’Éros, le désir d’aimer, le désir sexuel et l’expression de l’érotisme, celui dont Aristophane contait la fable originelle dans le Banquet de Platon. A l’origine, des êtres de forme sphérique, de trois genres, séparés en deux parties par les Dieux; une fable qui met en lumière la double nature de l’homme, son besoin éperdu de retrouver sa complétude dans une recherche frénétique de la fusion des corps mais aussi la nécessité d’éprouver pleinement son individualité nouvelle… Alors, oui, dans le désir, il y a un « en soi » et  un « hors soi », quelque chose qui relève de la pulsion de vie, c’est un mouvement du terrestre vers l’absolu, le divin, semblable à un acte de création, pulsion de connaissance et de fusion intarissable et inassouvie…. Alors, ce désir, il est au centre de tout; désir de l’autre et désir de connaissance, de survivance; il est une aspiration totale à l’unicité et à la transcendance.

Alors il y a la Littérature, il y a la Mythologie, la Philosophie et puis…Le Cinéma. Le Cinéma, c’est là que mon obsession a trouvé son sanctuaire, toujours au regard des autres arts, il est un puits sans fond de réflexions, de digressions et de visions de ce désir. Chaque création cinématographique pense le cinéma comme un organisme vivant dont chaque pièce constitue un tout  qui n’a de cesse de s’enhardir à esquisser les divers visages de ce qui lie, délie et meut les Hommes. Le cinéma lui même est un désir.

Alors, armée de ma plume ou de mon micro je me plonge passionnément dans la quête d’une restitution que j’espère la plus fidèle possible du désir d’un réalisateur et d’une œuvre. En véritable amoureuse de la sensorialité du langage, je m’attache à étreindre les films afin d’en révéler comme à l’abri d’une chambre rouge, la quintessence, lui offrir à être éprouvée, lui rendre hommage…