[Critique]: Sex doll, il ne suffit pas d’un sujet pour faire un film

SEX DOLL, un sujet fort, une belle mise en scène, une esthétique gracieuse… Mais une erreur de casting…

(Cliquez su l’image pour lire la critique)

[Analyse]: A jamais de Benoit Jacquot , le cinéaste de l’existentialisme.

À JAMAIS, excellente adaptation de The Body Artist de l’auteur Don DeLillo, hanté par un Mathieu Amalric fascinant.

(Cliquez sur l’image pour lire la critique)

[Critique]: Iris de Jalil Lespert, un thriller sado-masochiste parfois facile mais souvent gracieux.

Charlotte Le Bon, Romain Duris et Jalil Lespert, un trio d’acteurs tout en chair et en lumière absolument bluffant dans IRIS

(Cliquez sur l’image pour lire la critique)

[Analyse]: Irréversible, de l’ombre à la lumière. Chef d’œuvre de Gaspard Noé. Dossier

De la descente aux enfers à l’ascension vers la lumière, il n’y a qu’un pas. Gaspard Noé le franchit dans IRRÉVERSIBLE.Chef d’œuvre.

Dossier analyse.

(Cliquez sur l’image pour lire le dossier)

[Critique]: Le vent de la nuit, Le Festival des Lumières célèbre Catherine Deneuve

LE VENT DE LA NUIT, un film singulier au sein l’œuvre de Philippe Garrel. Pour autant la matière émotionnelle y est une nouvelle fois sublime.

(Cliquez sur l’image pour lire la critique)