[Critique] : Mektoub my love : canto uno – Kechiche a t-il encore la grâce?

On ne pourra pas enlever à Kechiche son ambition gigantesque de filmer la vie, la sublime combinaison de la chair cristallisée et du temps qui passe. Ambition, très souvent à la hauteur de son talent, pourtant dans MEKTOUB MY LOVE, quelque chose lui échappe, la magie n’est plus au rendez-vous.

(Cliquez sur l’image pour lire la critique)

[Potcast] : La Venus à la Fourrure, Ô sublime Féminin…. (20′)

La Venus à la fourrure de Roman Polanski  n’aurait pas pu être plus d’actualité qu’en ce moment… Frottage dans le métro, fantasme de metteur en scène et vengeance des femmes, tout y est. Mais avec nuances et non sans génie. La Vénus à la fourrure c’est la confrontation, non pas de deux êtres et deux sexes ou de deux dominations; mais la guerre insidieuse de deux visions du monde, une qui se veut esthétique et l’autre qui se veut factuelle. Du fantasme à la réalité, La Venus à la fourrure retrace étape par étape la montée du désir, que l’un sublime (ici l’homme) et dont l’autre s’arme (ici la femme), nous rappelant un débat très actuel entre les deux genres, y compris au sein même du féminisme…Le sexe fort est bel et bien celui qu’on croit, mais duquel parle t-on au juste?….Plongée dans un huis clos feutré ou l’art, l’érotisme et les âmes se frottent et se piquent…

[Interview] : Arnaud Valois, la révélation de 120 Battements par minutes – Entretien

C’est en plein tourbillon promotionnel de 120 Battements par minutes de Robin Campillo que nous avons pu voler un instant à Arnaud Valois.Son rôle , son retour au cinéma , il nous dit tout.

(Cliquez sur la photo pour lire l’entretien)

[Analyse] : La saga 50 nuances….Le petit plaisir secret cinématographique. Pourquoi ça marche?

À peine trois mois après la sortie de Cinquante nuances plus sombres, les premières images de Cinquante nuances plus claires, le troisième et dernier volet de la saga « Cinquante nuances » affole déjà la toile. Nous revenons sur un des plus gros phénomène cinématographique de la décennie en expliquant pourquoi malgré sa piètre qualité cinématographique , la saga sait parler aux femmes…

(Cliquez sur l’image pour lire l’analyse)

[Analyse de scène+extraits vidéo]: La scène du sous-sol dans ELLE de Paul Verhoeven, La sexualité ce haut quartier cérébral…

Cette semaine, plongée dans les sinuosités de ELLE, l’un des plus vertigineux thriller psychologique de l’année. Le désir, façon Huppert-Verhoeven.…Analyse + extraits vidéo

(Cliquez sur la photo pour lire l’analyse et voir la séquence)

[Podcast]: Le désir chez Emmanuel Mouret (16′)

Chez Emmanuel Mouret, le questionnement amoureux n’est plus cantonné au secret de l’intime. Au contraire, il exulte… Dans ses films on se livre, on dit les multiples doutes qui nous habitent, sans pudeur, comme si pour être libre et heureux, il fallait ne plus rien se refuser et surtout pas de comprendre l’amour…Petit traité sur le désir, vu par Emmanuel Mouret.